Archives pour la catégorie Non classé

Comment bien entretenir votre voiture au quotidien ?

Entretenir votre voiture ne signifie pas forcément l’emmener chez le garagiste. Bien au contraire, en effectuant vous-même ces quelques vérifications régulières, vous réussirez certainement à prévenir certains problèmes techniques et éviterez les frais liés à une réparation professionnelles. Entretenir votre voiture au quotidien ne vous prendra que quelques minutes, mais vous permettra, à la longue, de réaliser de sérieuses économies !

Le contrôle des niveaux

Vérification des niveaux - automobile

Des fluides toujours au bon niveau sont la garantie du bon fonctionnement de votre moteur. Cela vaut donc la peine de soulever de temps en temps le capot pour vous assurer que l’huile, les liquides de refroidissement et des freins sont présents en quantité suffisantes. Servez-vous de la jauge pour vous assurer que le niveau d’huile se situe bien entre les limites minimales et maximales. De même pour le liquide de refroidissement. Vérifiez ensuite les liquides de frein et de direction : si le niveau est bas, méfiez-vous, il pourrait y avoir une fuite quelque part. Vous ne pourrez pas y remédier vous-même, mais vous aurez eu au moins le mérite de vous en apercevoir à temps pour limiter les dégâts.

L’entretien des pneus

Vérification pneus voiture

Inutile d’avoir à changer vos pneus plus souvent que nécessaire, c’est-à-dire dès qu’ils ont atteint leur limite de témoin d’usure (1,6 mm). Pour les garder aussi longtemps que possible, assurez-vous qu’ils ne sont ni trop gonflés, ni pas assez gonflés, sans quoi ils risqueraient de s’abîmer beaucoup plus rapidement. Vérifiez que les 4 pneus sont bien symétriques et que leur surface extérieure n’est pas usée. Même si celle de roulement n’a pas encore atteint sa limite, il vous faudrait alors les remplacer afin que votre tenue de route ne pâtisse pas de cette dégradation. Sans compter que des pneus en mauvais état vous vaudraient inévitablement une amende en cas de contrôle…

Le contrôle des freins et des phares

Contôle frein voiture

Vous n’avez nul besoin d’être un expert pour déceler d’éventuels problèmes de vos freins. Des grincements inhabituels lorsque vous les actionnez, des bruits de frottement… sont le signe que vos plaquettes ont besoin d’être changées rapidement. N’en négligez pas le remplacement, des freins en bon état sont l’une des conditions essentielles de votre sécurité au volant ! Il en est de même pour vos phares. Surtout si vous ne roulez pas souvent de nuit, vous ne vous apercevrez peut-être pas tout de suite que l’une de vos ampoules est grillée. Une ou deux fois par mois, allumez vos phares dans votre garage pour vérifier leur luminosité. N’oubliez pas de contrôler également vos feux de stop, en demandant de l’aide à votre conjoint ou un ami.

Et pour un entretien impeccable de votre voiture, n’oubliez pas de la nettoyer régulièrement avec des produits adaptés, sans oublier les petits détails qui participent, à leur façon, au bon état du véhicule : comme, par exemple, des essuie-glaces et des phares parfaitement propres.

Quelques conseils pour la réparation de votre klaxon

Le klaxon est un élément clé de votre sécurité en voiture : s’il ne fonctionne plus ou moins bien, il vous manquera un outil essentiel pour aviser les autres automobilistes de l’imminence d’un danger. Procédez vite à sa réparation ou, le cas échéant, au remplacement des pièces défectueuses. Voilà les différents contrôles à effectuer et, selon le problème qui empêche votre klaxon de fonctionner normalement, les solutions à adopter.

Nettoyez les trompes

Si votre klaxon n’émet plus que de faibles sons, c’est peut-être, tout simplement, que ses trompes sont encrassées. Soulevez votre capot et localisez ces dernières, qui se trouvent généralement à proximité du radiateur. Débranchez le câble en tirant délicatement sur les fils et dévissez le boulon de fixation. Une fois que vous avez ôté tous les composants de l’avertisseur, nettoyez-les avec un chiffon humide. En cas de besoin, utilisez un peu de dégraissant. Séchez-les soigneusement et remettez-les en place. Testez votre klaxon : si le son s’élève à nouveau normalement, vous avez résolu votre problème. Si ce n’est pas le cas, demandez son avis à un garagiste : vous devrez peut-être vous procurer une ou deux trompes neuves.

Comment réparer le klaxon de sa voiture ?

Changez le fusible

Vous avez beau appuyer sur votre avertisseur, celui-ci reste désespérément muet ? Peut-être est-ce, tout simplement, une question de fusible. Pour vous en assurer, consultez le manuel de votre voiture pour repérer l’emplacement de la boîte à fusibles ainsi que les références de celui du klaxon. Extrayez ce dernier à l’aide d’une pince et examinez-le. La partie métallique du fusible vous semble abîmée? C’est probablement qu’il est grillé ou défectueux. Vous n’avez plus qu’à le remplacer et à vérifier que votre klaxon a retrouvé sa voix ! Attention cependant : procurez-vous un fusible de même puissance que le fusible original et prévenez votre garagiste de la substitution, afin qu’il puisse effectuer quelques contrôles. En effet, un fusible grillé peut être l’indice d’un autre dysfonctionnement du véhicule.

le Klaxon, l’avertisseur indispensable d’une voiture

Adressez-vous à un professionnel

Vous avez des problèmes avec le klaxon de votre voiture ? Deux choses doivent vous inciter à vous adresser à un professionnel : la première, c’est quand vous avez procédé à la vérification, voire au remplacement, d’une trompe ou d’un fusible, et que l’avertisseur persiste à ne pas fonctionner correctement. La deuxième, c’est quand non seulement votre klaxon émet des sons bizarres, ou pas de sons du tout, mais que, en plus, vous notez que le voyant de l’airbag clignote sur votre tableau de bord. En effet, un airbag qui aurait augmenté de volume suite à un choc peut être à la source d’un problème de contact entre le volant et les trompes. Dans ce cas, non seulement remplacer l’airbag défectueux est une question d’urgence, mais, de plus, cette intervention permettra à votre klaxon de fonctionner à nouveau normalement.

Comment entretenir l’intérieur de sa voiture avec des produits naturels ?

Nettoyer sa voiture avec des produits naturelsCombien d’heures en moyenne passez-vous chaque jour, chaque semaine, chaque mois dans votre voiture ? Certainement assez pour que la saleté ait le temps de s’incruster dans les housses des sièges ou sur le tableau de bord… justifiant de la nécessité d’un entretien régulier. Nos conseils pour prendre soin de l’intérieur de votre voiture à l’aide de produits entièrement naturels, peu coûteux et si simples à utiliser que le nettoyage de vos sièges et de votre tableau de bord va vite devenir un plaisir !

De l’huile d’olive pour le tableau de bord

L’huile d’olive n’est pas seulement recommandée pour la santé, elle est aussi prodigieuse pour faire également briller… votre tableau de bord ! Utilisez cette astuce naturelle et efficace pour nettoyer, une fois par semaine, l’intérieur de votre voiture. Il vous suffit de déposer quelques gouttes d’huile d’olive sur du papier absorbant et de le passer sur votre tableau de bord. Impuretés et poussières seront délogées en un tour de main, mais pas seulement. Lustré, nourri, le plastique resplendira de tous ses feux, pour un effet durable… sans compter qu’une délicieuse odeur d’olive flottera dans votre voiture !

huile d'olive pour nettoyer votre automobile

Du bicarbonate de soude pour la moquette et les tapis

Le bicarbonate de soude a des vertus purifiantes et désinfectantes, tout en étant dépourvu de produits chimiques susceptibles d’agresser, à la longue, la fibre des tissus. C’est pourquoi c’est le produit naturel idéal pour nettoyer la moquette de votre voiture. Souvent peu épaisse, mise à mal par les pieds qui la raclent à longueur de temps, celle-ci est en effet plutôt fragile. Faites dissoudre un peu de bicarbonate dans de l’eau tiède, munissez-vous d’une éponge que vous passerez sur le sol de votre voiture. Profitez-en pour nettoyer les appuie-têtes. Pendant que la moquette sèche, brossez énergiquement les tapis et assainissez-les à l’aide d’un mélange d’ammoniaque et de lessive liquide.

bicarbonate de soude pour nettoyer la moquette et les tapis de votre voiture

Du vinaigre pour les vitres et le pare-brise

Non seulement le vinaigre blanc est une solution économique et entièrement naturelle pour nettoyer les vitres et le pare-brise de votre voiture, mais de plus, vous en retirerez de nombreux avantages pratiques : en effet, le vinaigre n’a pas son pareil pour effacer les traces de pluie et de boue et éliminer les minuscules insectes qui se sont incrustés dans les petits coins… Utilisez 25 cl de vinaigre pour 75 cl d’eau (chaude de préférence), une solution qui vous permettra de faire briller en peu de temps et à peu de frais les vitres de votre voiture.

vinaigre pour nettoyer pare-brise autoAucun rinçage n’est nécessaire, par contre, pour parachever le tout, rien ne vous empêche de vous procurer un chiffon en microfibres et de le passer sur les vitres et le pare-brise bien propre pour un éclat maximal !

nettoyer voiture chiffon microfibre

Les bons réflexes quand on tombe en panne sur l’autoroute

panne autorouteCe qui différencie une autoroute des autres types de routes, c’est bien entendu la vitesse de circulation autorisée qui y est bien supérieure. Cela permet de parcourir des distances importantes en quelques heures, mais c’est aussi un facteur qui augmente considérablement les risques d’accident graves en cas de collision. C’est pourquoi il ne fait pas bon stationner en bord d’autoroute, voici donc la marche à suivre lorsque l’on est victime d’une panne sur autoroute. Première chose à faire, allumer ses feux de détresse pour signaler aux autres usagers que l’on fait face à un problème et que l’on n’est plus en mesure de circuler normalement. Et ensuite ?

Où s’arrêter ?

Si l’état de votre véhicule vous permet de rouler encore un peu sans que cela ne présente une prise de risque, à la fois pour vous et pour les autres automobilistes, il est préférable de rejoindre l’aire de repos la plus proche. Vous y serez en effet parfaitement en sécurité et vous aurez alors tout le temps pour contacter les services de dépannage. Si vous vous retrouvez face à une urgence, par exemple un pneu qui n’a plus de pression ou une fumée subite et consistante au niveau du bloc moteur, vous n’aurez pas d’autre choix que de vous ranger sur la bande d’arrêt d’urgence.

La bande d'arrêt d'urgence

La bande d’arrêt d’urgence

Comme vous le savez, c’est la voie qui se trouve à droite et qui n’est pas destinée à la circulation normale. Elle est séparée des autres voies par une ligne discontinue avec des traits qui font 39 mètres de longueur et sa largeur varie en France entre 2,5 et 3 m. Si vous devez y stationner, il est recommandé de se garer le plus à droite possible tout en laissant aux passagers la possibilité de sortir du véhicule par la droite.

Stationnement en warning

Appeler le service de secours

Bien entendu, chaque passager aura pris soin de revêtir son gilet jaune avant de sortir. L’étape suivante consiste à s’éloigner autant que possible du véhicule qui représente une zone de collision à haut risque. Un des occupants de la voiture sera alors désigné pour se rendre à la borne d’appel d’urgence la plus proche, il y en a une tous les 2 km. C’est la règle sur l’autoroute et vous serez ainsi mis en relation avec l’opérateur de sécurité qui vous posera différentes questions pour décider de la marche à suivre et pourra le cas échéant envoyer sur place un dépanneur agréé qui met en moyenne 30 minutes pour intervenir.

N’oubliez pas que la meilleure façon d’éviter les problèmes mécaniques, c’est d’entretenir avec soin son véhicule, notamment en respectant la périodicité des révisions auto et en contrôlant régulièrement la pression des pneumatiques.

Comment changer seul ses plaquettes et son liquide de freins ?

Pas toujours facile de remédier à un souci sur sa voiture lorsque l’on n’est pas un professionnel, mais certaines tâches sont tout de même à notre protée.

Réparer sa voiture soi-même n’est pas impossible

Pour un certain nombre de pièces auto, il n’est pas évident sans être équipé comme un professionnel, de les réparer ou de les remplacer. Heureusement, certaines sont faciles d’accès, notamment les plaquettes de frein ainsi que le liquide de freins. En peu de temps grâce à ces explications, vous allez pouvoir constater la prodigieuse différence de coût dont vous allez bénéficier, sur la main d’oeuvre bien sûr, mais également sur le prix des pièces en les achetant vous-même.

Comment changer soi-même les plaquettes de frein ?

Qu’il s’agisse d’une Renault, Opel, Audi, Alfa Roméo ou tout autre marque et modèle de voiture, la façon de procéder pour le remplacement des plaquettes est la même. Bien entendu, vous avez déjà en votre possession les pièces que vous vous êtes procurées d’occasion (mais certifiées) ou neuves.
– Après vous être assuré que la voiture est froide, c’est-à-dire qu’elle n’a pas roulé depuis quelques heures, surélevez-la à l’aide de votre cric et démontez une des deux roues avant.
– Retirez l’étrier à l’aide d’une clé à boulons pour accéder aux fameuses plaquettes, qui sont reliées à l’aide d’épingles ou de boulons. Ôtez également ces accessoires et à l’aide d’un tournevis, repoussez vers l’extérieur les pistons afin que les plaquettes soient libres et remplaçables.
– Pour les plaquettes de freins arrière, il faut relâcher le frein à main, et celles-ci étant plus grosses, vous aurez besoin d’un serre-joints en plaçant l’extrémité de la vis contre le piston. Il faut donc le serrer le plus possible jusqu’à ce que vous puissiez sortir la plaquette de frein et la remplacer par une autre.
– Il ne vous reste plus qu’à remettre en place les pièces proprement, et d’appuyer sur la pédale de feins pour resserrer les étriers. Faites un petit tour de voiture à vitesse réduite d’abord, et accélérez au fur et à mesure pour vous assurer que les freins répondent correctement à la pédale.

Comment remplacer le liquide de freins ?

Si le liquide de freins a été changé récemment, disons durant les deux dernières années, vous n’avez qu’à le remettre à niveau. Sinon une purge s’impose. Profitez de mettre le liquide au moment où vous remplacez les plaquettes, vous gagnerez un temps précieux ! Ne jetez pas le liquide n’importe où en cas de purge, et participez par la même occasion à la protection de l’environnement.

Attention toutefois : dans la mesure où vous effectuez des travaux sur des pièces de sécurité de votre automobile, vous devez être certain d’avoir réalisé l’opération de remplacement avec succès. Et également, si vos disques sont usés, changez-les par la même occasion. Il ne faut pas plaisanter avec la sécurité par souci d’économies.

réparation voiture en panne
Source : pixabay.com

Permis de conduire : comment récupérer vos points ?

Retrait et récupération de points, le permis à points a été conçu pour rendre les conducteurs plus responsables.

Tout ce qu’il faut savoir sur le permis de conduire à points.

Cela peut vous paraître difficile à croire si vous êtes trop jeune pour avoir conduit dans les années 80, mais à cette époque on n’attachait pas autant d’importance à la sécurité routière. Les choses ont beaucoup évolué depuis, avec notamment, l’apparition du fameux « permis à points » qui a été mis en place dans de nombreux pays afin de renforcer la sécurité routière en Europe. Ce permis très novateur à l’époque entra en vigueur en France le 1er juillet 1992, et dès cette date il s’appliqua à l’ensemble des permis de conduire, y compris ceux obtenus avant le 1er juillet 1992. Il vise à rendre les conducteurs plus responsables en leur attribuant un capital de points qui diminue à chaque infraction.

Permis de conduire

Les retraits de point.

Il existe beaucoup d’infractions au Code de la route qui peuvent donner lieu à un retrait de point, il est donc difficile de toutes les citer. Sachez cependant que le retrait peut aller d’un à six points pour les infractions les plus graves et que le conducteur reçoit l’information concernant un retrait de point par courrier. Voici quelques exemples :

  • retrait de six points : conduite avec une alcoolémie comprise entre 0,5 et 0,8 g / litre de sang, excès de vitesse supérieur à 50 km/h, conduite sans permis de conduire valide…
  • retrait de quatre points : excès de vitesse égal ou supérieur à 40 km/h et inférieur à 50 km/h, refus de priorité, non-respect d’un feu ou d’un stop.

Il faut également préciser que dans le cas où les forces de l’ordre constateraient plusieurs infractions à la fois, le maximum de point pouvant être retiré est de huit.

Et si je perds tous mes points ?

Si votre solde de points arrive à zéro, votre permis est invalidé et vous n’avez plus la possibilité de conduire. Vous en êtes informé par lettre recommandée avec accusé réception. Dans ce courrier vous trouverez l’historique des retraits de points vous ayant conduit à cette situation, l’annonce de l’invalidité de votre permis et une demande officielle de restitution dudit permis auprès de la préfecture de votre lieu de résidence. Attention, vous disposez alors de 10 jours après la réception de la lettre pour remettre votre permis.

Le retrait de permis induit automatiquement une interdiction de conduire tout véhicule nécessitant un permis pendant une durée de six mois, ce délai pouvant être allongé à un an si le retrait arrive moins de cinq ans avant un précédent retrait.

page permis de conduire

Comment récupérer des points ?

Il y a deux façons de faire remonter son capital de point. La première, c’est la récupération automatique qui intervient au fil du temps lorsque le conducteur ne commet pas de nouvelles infractions. Les points sont récupérés six mois après pour une infraction avec le retrait d’un seul point, et après deux ans pour les infractions de 1er, 2e et 3e classe. Dans tous les cas, le conducteur récupère ses douze points après 3 ans sans infraction entraînant un retrait de points.
L’autre façon de récupérer des points, c’est d’effectuer un stage de récupération qui octroie 4 points. À noter, il faut attendre au moins un an entre deux stages

Les dangers de la conduite sous la pluie

voiture sous la pluie

Aquaplanage, visibilité réduite, chaussée glissante… Conduire sous la pluie augmente le risque d’accident, voici tout ce qu’il faut savoir pour améliorer votre sécurité.

Nos conseils pour conduire sous la pluie

Pourquoi vous proposer un article avec des conseils pour conduire sous la pluie ? Tout simplement parce que dans ce cas de figure le risque d’accident est multiplié par deux. Nous allons vous expliquer les différents paramètres auxquels il faut être attentif lorsque l’on n’a pas d’autre choix que de prendre la route sous une grosse averse. Et n’oubliez pas que même lorsqu’il s’arrête de pleuvoir, la chaussée reste détrempée plus ou moins longtemps en fonction des conditions météorologiques et du trafic. Il est primordial d’adapter sa conduite aux circonstances !

Attention aux chaussées glissantes

Cela peut vous sembler évident, mais il est important de rappeler que l’adhérence des pneumatiques à la route est bien moins efficace lorsque celle-ci est mouillée et que cela favorise les pertes de contrôle, en particulier en virage ou lors d’un freinage appuyé. Ce phénomène est largement accentué dans les zones où la route est bordée d’arbres puisque les feuilles et l’eau forment un mélange particulièrement glissant.

L’aquaplanage

Ce phénomène, que l’on connaît aussi sous le nom anglo-saxon d’aquaplaning, est sournois, car on ne peut l’anticiper et une fois qu’il survient il est souvent trop tard. Il s’agit en fait d’une perte de contact avec la surface de la route due à la formation d’une pellicule d’eau entre les pneus et le revêtement qui ne s’évacue plus. Le véhicule devient alors incontrôlable. Voici des conseils pour limiter le risque de vous retrouver en mauvaise posture :

  • la première chose à savoir, et cela est valable dans toutes les conditions de circulation, c’est que des pneus en bon état et bien gonflés sont garants d’une bonne tenue de route.
  • pour ne pas risquer une violente sortie de route à cause de l’aquaplaning, scrutez les traces laissées devant vous sur la route par les voitures. Plus elles sont étroites, moins l’évacuation de l’eau hors de la chaussée est efficace et plus le risque est élevé.
  •  dernier avertissement, faites particulièrement attention aux accumulations d’eau en bas des descentes lorsque la route forme une petite cuvette.

voiture en aquaplaning

La mauvaise visibilité

Entre la pluie qui mitraille votre pare-brise et les projections des autres véhicules, nul ne peut nier que l’on n’y voit moins bien lorsqu’il pleut. C’est l’un des facteurs qui participe à aggraver le risque d’accident et qui implique une modification de votre comportement au volant.

pare-brise en temps de pluie

Les bons réflexes

Il y a toute une série de petites choses à savoir pour adopter un comportement responsable lorsque l’on circule par mauvais temps.

Allumez vos feux

Le code de la route nous impose d’allumer les feux de croisement. Cela permet tout simplement d’être vu des autres automobilistes dans des conditions qui dégradent la prise en compte des autres automobilistes.

Gare à la buée

Il faut penser à renouveler l’air de l’habitacle de façon régulière pour limiter les risques de formation de buée sur les vitres. Ce phénomène peut parfois surprendre le conducteur en quelques instants et se révéler très dangereux.

Vérifier ses essuie-glace

Pensez à contrôler l’état d’usure des balais d’essuie-glace afin d’avoir la certitude qu’ils rempliront parfaitement leur rôle quand vous en aurez le plus besoin. Cela ne prend que quelques secondes et c’est pourtant un vrai geste de sécurité routière.

Réduire sa vitesse

C’est primordial, voici un petit rappel de ce que prévoit le code la route à ce sujet. En cas de très forte pluie réduisant la visibilité à moins de 50 mètres, la vitesse est réduite à 50 Km/h sur l’ensemble du réseau routier français. En cas de pluie que l’on pourrait qualifier de normale, voici les limitations de vitesse qui s’appliquent :

  • pas de changement en ville : 50 Km/h.
  • sur route : 80 Km/h au lieu de 90 Km/h.
  • sur voie rapide : 100 Km/h au lieu de 110 Km/h.
  • sur autoroute : 110 Km/h au lieu de 130 Km/h.

Augmenter les distances de sécurité

Les distances de freinage sous la pluie sont plus importantes. Augmenter les distances de sécurité avec les autres véhicules est donc le meilleur moyen d’éviter un accident avec d’autres véhicules notamment ceux de devant au moindre freinage mal anticipé.

Les feux de brouillard par temps de pluie

En cas de forte pluie, il est recommandé d’utiliser les feux de brouillard avant en plus des feux de croisement. Par contre les feux de brouillard arrière sont interdits, car trop éblouissants.

Le ralentissement du trafic

Enfin, sachez que lorsqu’il pleut, la circulation s’en trouve souvent perturbée puisque tous les usagers de la route doivent réduire leur vitesse. Si vous devez donc prendre la route pour un long trajet, pour partir en vacances par exemple, une météo capricieuse risque d’allonger significativement votre temps de trajet. Mais n’oubliez pas que l’important est d’arriver à bon port et que vous devez quoi qu’il arrive respecter la réglementation et penser à effectuer des arrêts réguliers pour limiter la fatigue qui va avoir tendance à s’installer plus facilement lorsque vous devez faire des efforts d’attention à cause des projections d’eau et de la visibilité réduite. En cas de très fort orage et de pluie diluvienne, il est même préférable de faire une pause en attendant que la situation s’améliore.

Le catalyseur, une pièce essentielle de l’échappement de votre voiture.

changement catalyseur

Les voitures modernes sont équipées de dispositifs destinés à réduire leurs émissions de particules nocives pour l’environnement. Le principal d’entre eux, c’est le catalyseur d’échappement . Peut-être vous rappelez-vous qu’au début des années 90 on a beaucoup parlé dans l’univers de l’automobile du pot catalytique. Le catalyseur fut inventé par le géant américain General Motors dans les années 70 mais il connut de nombreuses difficultés dues principalement au plomb contenu dans le carburant. Le catalyseur ne deviendra obligatoire sur les voitures neuves qu’à partir de 1993.

A quoi ressemble un catalyseur ?

Vous aimeriez peut-être d’abord savoir à quoi ressemble un catalyseur ? Il s’agit d’une grosse coque en acier inoxydable dans laquelle se trouve une structure nid d’abeille en céramique qui résiste à de très hautes températures. L’intérieur de cette structure est recouvert de minuscules particules de métaux précieux tels que le rhodium, le platine et le palladium. Le catalyseur est positionné sous la voiture en prise directe avec les gaz du moteur afin de monter rapidement en température ce qui est une des conditions pour son bon fonctionnement. C’est une pièce mécanique qui pèse environ une dizaine de kilos.

Catalyseur pièce

Le fonctionnement du catalyseur.

Un moteur à explosion brûle du carburant et le transforme ainsi en dioxyde de carbone, en azote et en vapeur d’eau. Mais il est impossible d’obtenir une combustion parfaite et à travers leurs gaz d’échappement les voitures produisent des émissions toxiques sous forme de monoxyde de carbone (CO), d’oxyde d’azote (NOx) et de particules d’hydrocarbure imbrûlés. Grâce à l’action des métaux précieux combinés à une température minimum de 400 °C, le catalyseur va, comme son nom l’indique, induire un phénomène de catalyse ce qui consiste à accélérer une réaction chimique visant à recombiner les molécules d’azote, de carbone et d’oxygène pour rejeter des gaz d’échappement moins nocifs. Dans le cas d’un moteur diesel, il reste encore des particules de carbone, les fameuses micro particules qui ont tant fait parler d’elles lors des épisodes de pollution que la France a connus fin 2016. C’est pourquoi les voitures diesel sont équipées d’un filtre à particule placé juste après le catalyseur (plus d’infos ici).

Quand faut-il changer un catalyseur d’échappement ?

La durée de vie d’un catalyseur dépend bien entendu du constructeur et de l’utilisation du véhicule. Mais, on estime en moyenne que cette pièce doit être changée tous les 100 000 kilomètres afin de respecter les seuils de rejets de gaz toxiques autorisés. Comment savoir si votre catalyseur ne fonctionne plus correctement ? Si votre voiture émet des fumées inhabituelles ou si votre ligne d’échappement fait un bruit métallique, c’est le moment de passer chez votre garagiste. Sachez enfin que le bon fonctionnement du catalyseur fera l’objet d’une vérification lors du contrôle technique.

Une loi pour obliger les garagistes à proposer des pièces détachées d’occasion.

 

Vous avez certainement entendu parler de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte publiée au journal officiel le 18 août 2015 qui vise à lutter contre le dérèglement climatique.. Mais peut-être ignorez-vous que dans le cadre de cette loi a été signé par la ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, le « Décret n° 2016-703 du 30 mai 2016 relatif à l’utilisation de pièces de rechange automobiles issues de l’économie circulaire ».

Une nouvelle loi sur l'utilisation des pièces détachées en France

Ce que prévoit ce décret.

Il impose aux garagistes de proposer à leurs clients la possibilité d’opter pour des pièces automobiles issues de l’économie circulaire. Il s’agit de pièces détachées qui ont été démontées sur des véhicules hors d’usage pour être ensuite vérifiées et remises en vente avec une garantie d’un an.

Quelles sont les pièces automobiles concernées ?

Pas question de réutiliser des éléments de direction, de liaison au sol, du train roulant ou du système de freinage. La lecture du décret, qui est consultable en ligne sur le site officiel legifrance.gouv.f, nous apprend que la loi s’applique aux vitrages non collés, aux pièces de carrosserie amovibles, aux pièces de garnissage intérieur et de la sellerie ainsi qu’aux pièces optiques, mécaniques ou électroniques avec les restrictions évoquées plus haut.

De belles économies en perspective pour les automobilistes.

Voilà la bonne nouvelle, il faut en effet savoir que les pièces d’occasion provenant du recyclage affichent des tarifs inférieurs de 50 à 70 % à ceux des pièces neuves.

L’avis des professionnels ?

Si la loi constitue une réelle opportunité de développement pour les 1700 centres de traitement de véhicules hors d’usage agréés en France, l’accueil est beaucoup plus mitigé du côté de la Fédération Nationale de l’Artisanat Automobile. Malgré de nombreux aménagements de la version initiale du texte qui prévoyait de lourdes sanctions financières en cas de non-respect de la loi, on reste toujours sceptique quant aux contraintes administratives qui en découlent.

Découvrez trois concept-cars électriques qui ont marqué le Mondial de l’Automobile 2016.

Si vous êtes un passionné d’automobile, vous savez certainement que tous les deux ans se déroule au Parc des Expositions de la Porte de Versailles à Paris l’incontournable Mondial de l’Automobile, un événement qui s’est imposé depuis quelques années comme le principal salon de l’automobile mondial devant des concurrents comme Genève ou Francfort. C’est l’occasion pour l’ensemble des constructeurs présents de faire découvrir au public ainsi qu’aux journalistes leurs toutes dernières nouveautés, mais aussi de faire le buzz avec des concept-cars qui constituent une sorte de vitrine technologique. Voici trois voitures qui ont retenu notre attention cette année et qui prouvent que la révolution électrique est en marche.

Renault Trezor, une voiture tout simplement spectaculaire.

La marque au losange avait décidé de frapper un grand coup et d’attirer les regards en dévoilant un show car qui ne peut laisser indifférent. Ce coupé deux places au look résolument futuriste affiche une longueur de 4,7 m pour une largeur hors norme supérieure à 2 m. Le tout avec une hauteur à peine supérieure à 1 m ce qui lui procure une carrure digne des GT les plus ambitieuses. Sous le capot, Renault a opté pour une technologie 100 % électrique qui délivre 350 ch pour une autonomie de 300 km.

Renault Trezor, la nouvelle voiture 100% électrique.

Source: www.renault.fr

Volkswagen I.D. : un concept-car électrique et autonome

Les concept cars ne sont pas forcément des voitures de course hallucinantes. Et certains sont même destinés à sortir un jour sur le marché, c’est le cas du Volkswagen I.D. Ce monospace compact devrait en effet être disponible à la vente en 2020 et constituera une petite révolution puisqu’il s’agit d’un véhicule électrique doté d’un moteur de 170 ch situé à l’arrière et de batteries logées sous le plancher pour permettre de proposer un volume habitable optimisé.

Volkswagen lance sa nouvelle voiture 100% électrique

Mercedes EQ : un SUV électrique

Mercedes se lance dans l’électrique à travers le lancement de la gamme EQ qui promet pas moins de dix véhicules électriques d’ici 2025. Avec son design futuriste, le SUV EQ devrait faire son apparition sur les routes dès 2020 avec une autonomie intéressante de 550 Km et un moteur par essieu pour une puissance cumulée de 408 ch.

Mercedes profite du mondial de l'automobile 2016 pour montrer sa voiture électrique et autonome.