Archives pour la catégorie Conseils voiture

Et si le développement des pièces détachées d’occasion faisait baisser les primes d’assurance ?

Si vous suivez de près l’actualité du monde de l’automobile, il ne vous aura pas échappé que dans le cadre la loi de transition énergétique, un décret a été signé pour rendre obligatoire l’accès aux pièces détachées occasion. Il suffit en effet de le demander à son garagiste, et celui-ci doit vous proposer une alternative au neuf, dans la mesure du possible et en respectant la réglementation en vigueur. En effet, les pièces issues du recyclage automobile ne concernent ni les systèmes de freinage, ni la direction, ni la suspension. Cela est effectif depuis le début de l’année 2017 et dans le cas où un garagiste ne proposerait pas deux devis dont l’un est basé sur l’utilisation de pièces de réemploi, il risquerait une amende d’un montant minimum de 3 000 €. Malgré la rigidité du texte, on ne note pas encore de grands changements et peu d’automobilistes sont bien informés et demandent ce devis.

pieces de réemploi automobiles = économie assurance

C’est pourtant une belle opportunité de faire des économies avec des pièces garanties un an qui sont de 30 à 70 % moins chères que les pièces neuves. Surtout à un moment où le prix du carburant atteint des sommets et où le budget auto global des Français constitue un poste de dépense important. Et si en plus les pièces détachées pour votre Citroën Jumper issues du recyclage faisaient baisser votre prime d’assurance ?

Les chiffres clés des sinistres automobiles

On compte un peu moins de 9 millions de sinistres chaque année dans l’hexagone. C’est environ 5 voitures sur 100 qui sont concernées ce qui représente pour les assureurs un coût d’indemnisation s’élevant à près de 17 milliards d’euros avec une moyenne de 2000 € par sinistre. Quand on sait que le prix des pièces auto neuves a connu une augmentation conséquente sur les cinq dernières années, on comprend vite pourquoi les assureurs s’intéressent de près aux pièces d’occasion.

Un coût d’indemnisation et des primes en baisse ?

Et si le recours à des pièces d’occasion beaucoup moins chères permettait aux assureurs de faire de sérieuses économies et de nous en faire profiter ? C’est une question que se posent légitimement de nombreux observateurs. Il est important de savoir que les experts en assurance ont déjà la possibilité depuis 2009 de chiffrer une réparation avec pièces neuves ou d’occasion. Nombre de compagnies d’assurance réfléchissent à la bonne manière d’intégrer la pièce d’occasion dans leur stratégie.

Les réparations de carrosserie sont parfois trop onéreuses

Moins d’épaves

L’autre intérêt évident, c’est que le recours aux pièces issues du recyclage des véhicules hors d’usage permettrait de sauver de la casse des milliers de véhicules en modifiant la perception des assureurs par rapport aux véhicules déclarés économiquement irréparables. Avec un parc auto vieillissant – son âge moyen est de neuf ans avec une valeur de véhicule autour des 4000 € – beaucoup de voitures finissent leur vie prématurément parce qu’il revient trop cher de faire changer une aile froissée et un pare-chocs enfoncé. Grâce aux pièces d’occasion, bon nombre d’entre eux éviteraient la casse, ce qui s’inscrit dans une logique de développement durable. Et cela pourrait soulager beaucoup d’automobilistes qui se retrouvent obligés de prendre un crédit pour racheter une voiture suite à un sinistre.

Les limites de l’utilisation des pièces de réemploi

Comme évoqué en début d’article, toutes les pièces ne sont pas candidates au recyclage ce qui limite l’intérêt de la démarche. Autre frein, le manque de disponibilité des pièces les plus demandées qui sont les éléments de carrosserie avant gauche. C’est dans 75 % des chocs cette zone qui est endommagée. Enfin, il faut savoir qu’il existe un certain stock de pièces pour les véhicules de plus de 6 ans, ce qui n’est absolument pas le cas pour les véhicules plus récents. Difficile dans ce contexte de pénurie de pièces d’occasion de mettre la pression sur les automobilistes ou les garagistes pour les inciter à opter pour la pièce issue du recyclage. Certains y voient un éventuel coup de pouce au marché de l’occasion puisque les primes d’assurance pourraient baisser uniquement pour les véhicules plus anciens pour lesquels on peut trouver des pièces de réemploi. Tout cela n’est pour l’instant que pure spéculation, mais des changements pourraient intervenir très rapidement.

Faites des économies avec les pièces de réemploi

Comme la plupart des gens, vous aimeriez consacrer le moins d’argent possible à l’entretien de votre automobile, mais vous souhaitez qu’il soit effectué dans les règles et avec des pièces de qualité afin de garantir votre sécurité. Il existe une solution qui combien économie et écologie, et cela ne devrait pas vous laisser indifférent. Connaissez-vous les pièces de réemploi ? Voici comment faire baisser la facture auprès de votre garagiste.

pièces de réemploi automobiles

Que dit la loi ?

C’est dans le cadre de la loi de transition énergétique que le décret 2016-703 a été signé le 31 mai 2016 obligeant les garagistes à vous proposer des pièces détachées d’occasion si vous en faites la demande. Vous n’en avez jamais entendu parler ? C’est pourtant une réalité depuis le 1er janvier 2017.

D’où viennent les pièces d’occasion ?

Elles sont tout simplement prélevées sur des véhicules mis à la casse. Vous n’avez pas de soucis à vous faire puisqu’il s’agit d’une filière parfaitement organisée et d’une activité qui est réservée à des entreprises agréées qui appliquent des procédures strictes afin de garantir la qualité des pièces détachées qui vont être démontées et vérifiées avant d’être à nouveau proposées à la vente. C’est du recyclage intelligent, on évite de jeter des pièces en parfait état ce qui réduit le volume de la production et s’inscrit dans une logique de développement durable, et on offre à l’automobiliste la possibilité de dépenser moins. Bien entendu, seules certaines catégories de pièces sont concernées, pas question de réutiliser des pièces d’usure telles que des plaquettes de frein. Sont également exclues toutes les pièces du système de freinage, des suspensions, des amortisseurs et de la direction.

Les pièces d'occasion sont démontées sur des véhicules hors d'usage avant le broyage
Source : wikimedia/Gzzz

Et de quelle garantie est-ce que je bénéficie ?

La législation est très claire à ce sujet, les pièces détachées d’occasion sont garanties un an, comme les pièces neuves. Encore une bonne raison d’opter pour cette solution en sollicitant votre garagiste qui sera responsable de son intervention comme d’habitude.

Est-ce vraiment moins cher ?

Si vous voulez vous faire une idée des tarifs pratiqués par exemple pour des pièces détachées Citroën DS5, il suffit de se rendre sur un site web spécialisé. On estime qu’en moyenne les prix sont 30 à 70 % inférieurs au neuf. L’une des catégories de pièces qui offre les réductions les plus importantes, ce sont les pièces de carrosserie.

Pas toujours facile de trouver la bonne pièce

C’est le principal problème évoqué par les garagistes, la perte de temps pour trouver la bonne pièce pour un client qui est souvent pressé de récupérer son véhicule. Le nombre de véhicules hors d’usage qui part à la casse chaque année est d’environ 1,5 million. Cela peut sembler énorme, mais tous ne passent pas encore par la case recyclage.

De plus en plus de systèmes d’aide à la conduite sur les véhicules modernes

Lorsque l’on parle d’aide à la conduite, tout le monde ne pense pas à la même chose. Cette expression désigne pourtant exclusivement les systèmes intégrés au véhicule pour vous. À ne pas confondre donc avec les assistants d’aide à la conduite, ces petits boîtiers ou autres applications de smartphone dont on entend beaucoup parler dernièrement et qui vous renseignent en temps réel sur l’état de la circulation. Le système d’aide à la conduite le plus connu et le plus répandu, c’est bien sûr l’ABS qui est aujourd’hui incontournable et qui est apparu pour la première fois sur une voiture de série en 1985. Ce système, dit de sécurité active, agit sur la qualité du freinage en évitant le blocage des roues lorsque vous appuyez à fond sur la pédale pour tenter d’éviter un choc frontal. Voici un petit tour d’horizon des systèmes les plus courants. En attendant peut-être dans un futur pas si lointain l’avènement de la voiture autonome ?

L’aide au stationnement

Vous avez forcément vu une vidéo ou entendu parler de ces voitures qui se garent toutes seules. Faire un créneau se limite, par exemple pour les heureux possesseurs de la BMW Serie7 dotée de la technologie ConnectDrive, à appuyer sur un bouton. Ils peuvent même descendre de leur véhicule et le laisser se garer seul dans leur garage… Cela fait rêver mais nous ne sommes pas prêts de retrouver cette technologie sur tous les véhicules. Par contre beaucoup de voitures modernes sont équipées de radars de recul performants, parfois couplés avec une caméra, pour vous aider à évaluer les distances et éviter les chocs.

aide au stationnement : Et si votre voiture se garait toute seule ?

L’ESP

Le système Electronic Stability Program est obligatoire depuis déjà 5 ans sur les voitures neuves immatriculées en France. Basé sur des capteurs au niveau des roues et des amortisseurs, il détecte tout problème de trajectoire et de réaction du train roulant par rapport à un mouvement du volant et effectue les corrections nécessaires pour éviter la sortie de route. Si son efficacité n’est plus à prouver, il faut toujours rappeler que l’ESP ne se substitue pas à une conduite raisonnée.

Le régulateur de vitesse intelligent et le système de précollision

Plus besoin de présenter le régulateur de vitesse classique qui offre la possibilité de se concentrer sur la route en ne craignant pas de dépasser les limites autorisées. Mais aujourd’hui la technologie permet d’utiliser un radar intelligent capable de détecter les obstacles, qu’il s’agisse d’une voiture ou d’un piéton, et de réagir immédiatement en réduisant la vitesse pour maintenir les distances de sécurité ou en activant un freinage d’urgence.

Vue d'un tableau de bord moderne avec affichage digital des informations

Essuie-glace, trajectoire, phares… La gestion automatisée

Si vous prêtez votre voiture à un ami et qu’il vous dit qu’il ne sait pas où peut se trouver la commande pour mettre en route les essuie-glaces, c’est certainement qu’il possède une berline premium doté de nombreuses fonctions bien utiles. Comme la gestion automatique des essuie-glaces dont le rythme va s’adapter à la densité de la pluie. Ce genre de voiture a aussi généralement des phares automatiques. Et parfois un détecteur de somnolence intégré qui rappelle le conducteur à l’ordre s’il montre des signes de fatigue. Les systèmes les plus performants détectent tout écart de conduite et activent une alarme, par exemple si la voiture se déporte, pour ensuite corriger la direction afin que le véhicule reste sur la bonne voie.

Et si vous achetiez votre prochaine voiture en ligne ?

Vous savez forcément qu’il est aujourd’hui possible d’acheter des pièces détachées pour Peugeot 5008 ou pour tout autre modèle de n’importe quelle marque directement en ligne. Quelques clics suffisent sur autochoc.fr pour trouver la référence dont vous avez besoin et vous faire livrer directement chez vous. Mais peut-être ignorez-vous que de plus en plus de français se tournent vers internet pour faire l’acquisition d’un véhicule.

Les ventes d'automobiles neuves et d'occasion en belle progression

Le marché de l’auto a le vent en poupe

Le marché de l’automobile se porte bien, il a en effet connu une hausse de plus de 4 % en 2017 et se classe en deuxième position derrière l’agroalimentaire au classement français des secteurs industriels réalisant le plus gros chiffre d’affaires. Côté véhicule d’occasion, 2017 a également été une année faste avec un record absolu d’immatriculations (plus de 5 millions). Le rapport occasion / neuf est constant, il se vend en France 2,7 fois plus de véhicules d’occasion.

Et la vente en ligne de voiture ?

Cette conjoncture favorable a permis aux différents acteurs présents sur Internet de renforcer leurs positions avec une troisième année consécutive d’augmentation des ventes. Si la majeure partie des sites se focalisent sur le marché de l’occasion en proposant différents services pour rassurer les acheteurs, il est aussi possible aujourd’hui d’acheter une voiture neuve sans bouger de chez soi. Mais qui sont les acteurs de la vente d’automobiles sur internet ?

Les mandataires proposent des voitures neuves

Il s’agit en fait d’une entreprise qui joue un rôle d’intermédiaire entre le client particulier et différents acteurs du secteur automobile (constructeurs, distributeurs et concessionnaires). Le mandataire négocie les tarifs afin de proposer des voitures neuves à des prix inférieurs à ceux pratiqués dans le circuit classique de la vente de voitures. Et il s’occupe de la partie administrative pour vous simplifier la vie, vous pouvez même parfois vous faire livrer votre nouvelle voiture à domicile. Le mandataire n’hésite pas à importer des véhicules depuis des pays membres de la Communauté Européenne où les tarifs sont plus bas qu’en France. Il peut également se positionner sur des lots d’invendus ou appliquer une stratégie d’achats groupés.

Les sites spécialisés dans l’occasion

De nombreux entrepreneurs ont décidé de se lancer pour surfer sur un marché porteur. S’il existe depuis longtemps des sites de mise en relation des particuliers, on a vu apparaître ces dernières années de véritables garages en ligne spécialisés dans l’occasion. Certains proposent également des véhicules reconditionnés dans un état proche du neuf. Et la plupart mettent l’accent sur les services associés à la vente afin de séduire les automobilistes de moins en moins frileux par rapport à l’idée d’acheter une voiture sur Internet.

Achetez votre Zoe sur le site web du réseau occasion Renault
Source : Wikimedia/Grey Geezer

Les constructeurs s’y mettent

Vous hésitez à faire confiance à un site web ? Tournez-vous vers les sites des plus grands constructeurs qui sont présents sur le web avec leurs réseaux occasions. Il y a actuellement sur le site internet Renault Occasions près de 25000 véhicules particuliers et 1500 utilitaires en vente avec des garanties pièces et main d’œuvre pouvant aller jusqu’à 3 ans. La marque au losange vous propose même un contrat d’assistance 24h/24 et une garantie satisfait ou remboursé.

Comment réparer un calculateur d’airbag ?

airbag klaxonAprès un choc ou un léger accrochage, il est fréquent que le calculateur d’airbag cesse de fonctionner correctement voire même, selon le modèle de votre voiture, vous empêche de démarrer. Devez-vous obligatoirement remplacer votre calculateur d’airbag ou pouvez-vous le réparer ? Comment vous y prendre ?

Un calculateur d’airbag, qu’est-ce que c’est ?

Situé près de votre volant, le calculateur d’airbag est un dispositif dont le rôle est à la fois de déverrouiller l’airbag et de provoquer son gonflement. Équipé d’un témoin lumineux, le calculateur sert également à détecter les éventuelles anomalies du système et à vous les signaler afin que vous puissiez réagir immédiatement. Son rôle est donc essentiel pour votre sécurité à bord. En effet, si le calculateur est défectueux, vous risquez de ne pas être protégé convenablement en cas de besoin. Considérez que le déclenchement de l’airbag réduit de 25% le risque de recevoir une blessure mortelle en cas d’accident…

airbag siège

Mon calculateur d’airbag ne fonctionne plus, que faire ?

Vous venez d’avoir un petit accident sans gravité pour vous, mais votre calculateur d’airbag, lui, semble avoir du mal à se remettre du choc ? C’est tout à fait normal : en effet, ce dispositif, suffisamment sensible pour détecter le moindre impact susceptible de mettre votre vie ou celle de vos passagers en danger, doit être remplacé après un choc.

airbag après choc

Trois solutions s’offrent alors à vous. Premièrement, vous faites l’achat d’un calculateur d’airbag neuf auprès de votre concessionnaire, sachant que ce dispositif est généralement assez coûteux. Deuxièmement, pour payer moins cher, vous vous procurez un calculateur d’occasion. Attention, adressez-vous quoi qu’il en soit à un vendeur professionnel afin d’être sûr que le dispositif est bien adapté à votre véhicule et se déclenchera en cas de choc.

Puis-je réparer mon calculateur d’airbag ?

Troisièmement, toujours en vous basant sur les conseils d’un spécialiste, vous optez pour la réparation de votre calculateur d’airbag. Là encore, vous avez plusieurs possibilités. Tout d’abord, vous pouvez demander la réinitialisation du dispositif. Le procédé en passe par un système d’analyse qui permet de lire et d’effacer tous les codes crash figurant dans les fichiers du calculateur. Une fois ce « nettoyage » effectué, ce dernier peut repartir de zéro. La deuxième solution consiste à remplacer le fichier d’origine de votre calculateur d’airbag par un neuf. Moins onéreuse que la substitution complète du dispositif (boîtier + fichier), cette procédure vous donne l’assurance que le système est bien remis à neuf et que les airbags se déclencheront normalement au moindre choc.
Bonne nouvelle : que vous choisissiez de réinitialiser le fichier de données de votre calculateur d’airbag ou que vous optiez pour un fichier neuf, il s’agit d’une réparation extrêmement rapide. Votre voiture ne restera pas immobilisée très longtemps !

Au secours, j’ai mis du diesel au lieu de l’essence dans ma voiture…

faire essence et se tromperUne nouvelle voiture recourant à un type de carburant différent de l’ancienne, ou même un moment d’inattention lorsqu’on se sert à la pompe à essence… il n’en faut pas plus pour commettre une erreur dont les conséquences matérielles peuvent être lourdes : mettre du diesel au lieu d’essence dans son véhicule, ou vice-versa.

Une erreur plus fréquente qu’on ne croit

Tout d’abord, si vous avez commis l’étourderie de remplir votre réservoir avec un carburant non adapté à votre moteur, rassurez-vous : vous n’êtes pas le seul, puisqu’on dénombre environ 10.000 automobilistes en France chaque année qui commettent la même méprise ! Le plus fréquemment, ces têtes-en-l’air, dont vous faites peut-être partie, alimentent en essence un moteur diesel. Moins répandue en raison de la taille des pistolets, l’erreur inverse risque aussi de vous créer davantage d’ennuis mécaniques…

pompe essence : trois carburants différents

Quelle est la différence entre essence et diesel ?

Si certains moteurs fonctionnent au diesel et d’autres en essence, c’est qu’ils sont spécialement conçus pour recevoir un certain type de carburant, avec les spécificités qui leur sont propres. En effet, l’essence est dotée d’un effet nettoyant, tandis que le diesel possède un effet lubrifiant. Deux caractéristiques qui sont incompatibles, surtout dans le cas où c’est de l’essence qui est introduite dans un moteur diesel. Le pouvoir décapant de la première détruisant le travail de lubrification du deuxième…

Je me suis trompé de carburant, que faire ?

Si vous vous apercevez de votre erreur avant d’avoir allumé le moteur, tout va bien, ou presque. Vous devriez vous en tirer avec une simple vidange du réservoir. Bien sûr, cela implique de remorquer votre voiture jusqu’au garage le plus proche, mais vous n’aurez pas à déplorer de gros dégâts. Si vous avez allumé le moteur et, pire, commencé à rouler alors que vous vous êtes trompé de carburant, plusieurs phénomènes vont se produire rapidement. Dès qu’un moteur diesel aura consommé le restant de gasoil du réservoir, il va réagir à la présence de l’essence en émettant d’inquiétants hoquets.

Dans le cas d’un moteur essence confronté à du diesel, si vous n’avez introduit que quelques gouttes d’essence dans le réservoir (moins de 10%), quelques protestations s’échapperont du capot lorsque vous démarrerez, mais c’est tout. Autrement, vous serez bon, là aussi, pour une vidange du réservoir.

Quelles réparations en cas d’erreur de carburant ?

Au mieux, le mécanicien effectuera une vidange de votre réservoir et un nettoyage approfondi du circuit, afin d’éliminer toutes les traces du carburant erroné. Au pire, il sera amené à remplacer certaines pièces. En effet, si vous avez roulé sur plusieurs kilomètres avant de vous apercevoir de votre erreur, l’injecteur et la pompe ont pu subir des dommages irrémédiables. Pour parer toutes les éventualités, une fois votre voiture à nouveau en état de marche, vous pouvez vous équiper d’un couvercle spécial pour votre réservoir, qui vous empêchera de commettre la même erreur !

Le fonctionnement des amortisseurs

Avant de voir concrètement de quoi est constitué un amortisseur de voiture, il est important de répondre à une question qui revient souvent lorsque l’on parle de la tenue de route d’un véhicule. Est-ce qu’il y a une différence entre la suspension et l’amortisseur ? En fait, l’amortisseur est un des éléments qui composent le système de suspension. Celui-ci qui comprend en effet aussi les ressorts, ainsi que des bras et des rotules pour assembler le tout.

Le système de suspension

Le rôle de l’amortisseur de voiture.

Si le ressort de suspension a pour mission d’absorber les chocs principaux et de garder la voiture en contact avec la route, il n’est pas assez fin au niveau de sa réactivité pour gommer les chocs plus réduits et les phénomènes vibratoires qui occasionnent un réel inconfort et détériorent la tenue de route. Pour résumer, on peut dire que les amortisseurs amoindrissent l’effet de rebond des ressorts. Une bonne suspension est donc constituée d’un couple homogène ressorts / amortisseurs.

Un amortisseur comment ça marche ?

Un amortisseur se compose de deux tubes qui coulissent l’un dans l’autre. La partie haute vient se fixer au châssis tandis que la partie basse est directement connectée à la roue via la rotule de suspension. Le tube le plus large qui est orienté vers le haut est rempli d’huile, c’est le cylindre de l’amortisseur dans lequel la partie haute, le piston, vient faire des aller-retour. Celle-ci est munie d’une soupape à travers laquelle passe l’huile ce qui va ralentir les mouvements de descente et de remontée. Voilà pour les bases du fonctionnement des amortisseurs de votre voiture.

amortisseur Lotus

Amortisseur hydraulique ou à gaz ?

Tous les amortisseurs de voiture fonctionnent avec de l’huile. Mais alors pourquoi parle-t-on d’amortisseur à gaz ? Tout simplement parce que l’huile est contenue dans une chambre compensatrice qui renferme aussi de l’air, ou de l’azote dans le cas d’un amortisseur à gaz. Cela lui confère différents avantages qui en font un produit haut de gamme. En effet, l’amortisseur à gaz est moins sensible à l’échauffement ce qui allonge sa durée de vie. Il va également se montrer plus performant en tenue de route car plus réactif. C’est une technologie privilégiée en compétition automobile, car la pression de gaz est ajustable pour obtenir un comportement sur-mesure. Mais s’il ne s’impose pas comme une évidence pour l’automobiliste lambda, c’est qu’il a aussi ses petits inconvénients. Il est en effet plus cher qu’un amortisseur hydraulique, et sa dureté améliore la performance pure au détriment du confort des passagers. Quel que soit votre choix, n’oubliez pas de lire notre article sur l’entretien de vos amortisseurs.

Comment bien choisir les ampoules pour ses phares ?

ampoule de phare de voiture

Sur route, le bon état des phares d’une voiture et la qualité de l’éclairage qu’ils dispensent sont fondamentaux. En effet, lorsque vous roulez, les phares de votre véhicule vous servent aussi bien à voir qu’à être vu. Gages de sécurité par excellence, les phares d’une voiture, ou plutôt les ampoules destinées à les illuminer doivent donc être choisies avec discernement.

Quels sont les différents feux d’une voiture ?

phare avant voiture

A chaque feu, l’ampoule qui lui correspond. Sévèrement sanctionnée par le code de la route, en effet, l’absence d’un éclairage adéquat lors de vos sorties en voiture vous vaudra une amende dans le meilleur des cas, et jusqu’à des points en moins sur votre permis. Commençons donc par rappeler les différents feux que comporte votre véhicule et qui doivent tous être équipés d’une ampoule appropriée et fonctionnant :

  • les feux de position : ils sont obligatoires pour circuler dès que le déclin de la lumière.
  • les feux de croisement : ils permettent une visibilité à 30 mètres ainsi que de croiser les autres conducteurs sans les éblouir.
  • les feux de route : utilisés de nuit, ils permettent une visibilité à 100 mètres.
  • les feux de brouillard (avants et arrières).
  • phare arrière auto

Quels sont les principaux critères pour choisir ses ampoules ?

Pour choisir des ampoules appropriées, trois critères doivent être pris en compte : tout d’abord, la qualité de l’ampoule ; deuxièmement, sa durée de vie ; troisièmement, ses conditions d’utilisation.

Une ampoule de bonne qualité

Il est avant tout recommandé de miser sur la qualité. En effet, plus une ampoule sera de bonne qualité, plus elle durera dans le temps. Notamment, un globe en quartz est à la fois un signe de qualité et de longévité.

Une ampoule qui dure longtemps

Les facteurs décidant de la longévité d’une ampoule varient selon l’utilisation qui est faite du véhicule (conditions climatiques, fréquence d’usage, conduite régulière de nuit…). En moyenne, une ampoule halogène dure environ 450 heures (40 000 kilomètres).

Les conditions d’utilisation du véhicule

Si vous êtes fréquemment amené à vous déplacer par temps de brouillard, de pluie ou pendant les heures nocturnes, vous avez tout intérêt à opter pour des ampoules à durée de vie augmentée.

phares voiture allumés

Quels sont les principaux types d’ampoules sur le marché ?

On dénombre 4 principaux types d’ampoules pour phares de voiture sur le marché, dont le plus répandu est la lampe halogène (h7, h4 ou h1, selon le véhicule). Moins utilisées, les ampoules au xénon, qui fonctionnent au gaz, émettent une lueur bleutée. Caractéristiques des nouveaux véhicules, les ampoules LED offrent le double avantage de consommer peu et de durer longtemps. Enfin, certains véhicules (BMW et Audi) sont équipés de phare à ampoules laser, qui émettent une luminosité jusqu’à 4 fois supérieure à celle des LED, d’une portée pouvant atteindre les 600 mètres.

Le permis de conduire probatoire

Comment fonctionne le permis probatoire ?

Si vous conduisez depuis longtemps déjà, vous n’avez pas de question à vous poser, votre permis de conduire fonctionne avec un capital de 12 points qui peuvent vous être retirés petit à petit en cas d’infraction (plus d’informations ici) et vous mener à un retrait de permis de plusieurs mois si vous n’avez plus aucun point. Mais ce n’est pas le cas pour tous les automobilistes puisque depuis le 1er mars 2004 a été instauré le permis probatoire, un système destiné notamment à responsabiliser les jeunes conducteurs.

A qui s’applique le permis probatoire ?

Trois catégories de conducteurs sont concernées par le principe du permis probatoire. Il y a bien entendu toutes les personnes qui viennent d’obtenir leur permis de conduire et qui vont se lancer sur les routes. Mais le permis de conduire probatoire s’applique aussi aux personnes qui récupèrent un nouveau permis suite à une invalidation pour perte totale des points ou à une annulation par le juge.

Le principe du permis probatoire.

Le principe de ce type de permis est que le conducteur concerné n’a que six points au départ et qu’il est soumis à une période probatoire dont la durée varie :
– Trois ans pour les jeunes ayant obtenu leur permis par le biais de cours classiques ou de la conduite supervisée.
– Deux ans lorsque le candidat a suivi un apprentissage anticipé de la conduite.

Si à l’issue de cette période le conducteur n’a commis aucune infraction avec un retrait de point à la clé, il voit alors son permis directement créditer de 12 points. Dans le cas contraire, il lui faudra trois ans à partir de la date du dernier retrait de point pour atteindre les 12 points. Et si jamais il ne parvient pas à obtenir ce capital de 12 points dans les trois ans, il se verra obligé de suivre des stages de sensibilisation. Chaque stage rapporte quatre points, mais on ne peut en faire qu’un seul par an.

Enregistrer

L’ESP ou correcteur électronique de trajectoire

Tout ce qu’il faut savoir sur l’ESP.

La sécurité routière est un thème qui revient régulièrement dans l’actualité et il faut reconnaître que de gros progrès ont été faits en France depuis une quinzaine d’années. Si l’évolution de la réglementation et des comportements des conducteurs est pour beaucoup dans la réduction du nombre de morts sur nos routes chaque année, les constructeurs ont également porté leurs efforts sur ce que l’on appelle les systèmes de sécurité active. Tout le monde ou presque sait ce qu’est l’ABS. Ce n’est certainement pas le cas de l’ESP, voici tout ce qu’il faut savoir concernant l’électrostabilisateur programmé qui est plus connu sous le nom de correcteur électronique de trajectoire ou sous les initiales ESP.

A quoi sert l’ESP ?

ESP signifie Electronic Stability Program, c’est le nom anglo-saxon du correcteur électronique de trajectoire. Il s’agit d’un équipement de sécurité active d’antidérapage. Son objectif est de renforcer le contrôle de la trajectoire de votre voiture.

La technologie ESP équipe tous les véhicules neufs.

L’ESP est devenu obligatoire sur toutes les voitures neuves (moins de 3,5 tonnes) immatriculées en Europe depuis le 1er novembre 2014. L’organisme Euro Ncap a largement contribué à cette évolution puisque la présence de la technologie ESP sur une voiture est depuis longtemps devenue indispensable pour obtenir les 5 étoiles.

Bosch, inventeur de l’ESP.

La technologie ESP fut créée par la société allemande Bosch dans les années 1990 et elle équipa pour la première fois un véhicule de série en 1995, il s’agissait alors des Mercedes Classe S et BMW Série 7.

Le principe de fonctionnement de l’ESP.

Comme tous les systèmes de sécurité active, l’ESP va permettre de limiter les risques de perte de contrôle et d’accident dans des conditions bien spécifiques, mais il ne vous dispense évidemment pas de rester vigilant au volant et d’adopter une conduite responsable. L’ESP se déclenche en fonction de plusieurs paramètres qui sont relevés par des capteurs et gérés électroniquement : l’accélération transversale, la vitesse de rotation des roues, la vitesse de déplacement du véhicule et l’angle du volant. En cas de nécessité dans un virage marqué, l’ordinateur de bord prend alors le contrôle en dosant le freinage indépendamment sur les quatre roues pour maintenir l’adhérence au sol.

Enregistrer